Groupe-7.png

Yonex IFB 2022 – C’est parti !


Les tapis sont prêts. Derniers réglages, derniers préparatifs avant le jour-J. Les joueurs ont déjà foulé les taraflex dans une ambiance bon enfant pour ce qui devrait, normalement, être une dernière à Coubertin. Avant le passage à l’Arena de la porte de la Chapelle, si tout se passe bien, pour le « test event » en octobre 2023, avant les Jeux de Paris, l’été d’après.


C’est donc à Coubertin, pour une fois, que se retrouvaient pour présenter l’événement à la presse une bonne partie du nouveau staff coté entraineurs – présentés un à un par Jérôme Careil, le DTN. Dans une petite salle à quelques pas des courts où s’entrainaient bruyamment les athlètes. On y retrouve des têtes connues – celles de Mihail Popov par exemple ou le Lithuanien Kestutis Navikas qui suit les Bleus depuis déjà quelques semaines – d’autres moins, comme l’Anglais Peter Jeffrey, qui reprend la direction des doubles avec Mihail comme assistant. Un préparateur physique espagnol, et un « data analyst » viennent compléter l’équipe qui, tout de bleu vêtus, assis au premier rang en ce mardi ensoleillé d’octobre, sera aux ordres de Fernando Rivas, le nouveau maitre à penser de l’équipe de France.


Le Président de la FFbad Yohan Penel a rappelé l’importance de cet événement, l’un des 10 tournois internationaux qu’accueille la France, en soulignant la dualité des objectifs fédéraux, entre haut niveau et cette vitrine de prestige que sont les Yonex Internationaux de France et l’impact sociétal que se doit avoir le sport en général et le badminton en particulier, avec l’annonce à venir de la création d’une fondation – ça sera pour jeudi. Il rend aussi hommage à Alain Citolleux, décédé la semaine dernière, l’un des pères de la nation badminton.


Mais ce sont bien-sûr les joueurs qui étaient attendus pour évoquer leur état d’esprit à la veille de cette belle fête du badminton. Viktor Axelsen a rappelé qu’il n’était pas imbattable, loin de là – pour preuve sa défaite la semaine dernière, et qu’il avait à cœur de mieux faire – il n’a pas fait mieux qu’une finale, en 2012. « J’adore ce tournoi. Je n’y ai jamais brillé mais j’apprécie toujours la ferveur des spectateurs, l’ambiance… » dit-il. Carolina, elle, se sent presque chez elle – et a hâte d’en découdre dans cette arène qu’elle affectionne particulièrement. De son rapprochement de fait avec la France avec le partage de son entraineur fétiche avec les Bleus, l’Ibère accueillera avec plaisir les invitations à venir s’entrainer de temps à autres ici, pourquoi pas. « Je pense aux Jeux depuis que je me suis blessée au genou, mais place d’abord aux matches de cette semaine, avec un premier tour difficile qui m’attend contre une Chinoise »


Thom et Delphine seront eux les tricolores les plus scrutés, forcément, avec un statut de tête de série. Thom rappelle qu’il est toujours plus aisé de rentrer dans une compétition avec ce statut quelque peu protégé, mais qu’il faudra se méfier des deux premiers matchs, contre de «bonnes paires ». Interrogés sur leur ressenti actuel d’avoir à gérer à l’Insep les départs des entraineurs qui les suivent depuis de nombreux mois, la réponse est pragmatique : les joueurs avaient un lien fort avec leur encadrement et le timing n’est pas idéal et c’est donc un moment difficile. Mais il faut maintenant se tourner vers l’avenir. La raison semble donc doucement prendre le pas sur les sentiments, forcément affectés. Nous reviendrons plus tard à Badzine sur cet épisode - place au sportif pour le moment.


D’ici là, les tricolores ont un chemin qui s’est allégé un peu plus avec le forfait de Yuta Watanabe et Arisa Higashino, les favoris dans leur partie de tableau. Ces derniers sont remplacés pour le coup par William Villeger et Anne Tran. Une bonne nouvelle pour les tricolores.


Parmi les autres forfaits, Kento Momota, qui s’interroge selon certaines sources sur son avenir, Anders Antonsen qui n’est toujours pas rétabli de sa blessure et Lauren Smith, dont la blessure au Dutch Open n’est toujours pas rétablie et qui a fait donc forfait en double et mixte.


Ce mardi, deux paires tricolores seront en lice. Les frangins Christo et Tomi Popov contre les Indiens Rangkireddy/Shetty, 7eme mondiaux. Aux alentours de 16h00. Juste après, Ronan Labar et Lucas Corvée seront opposés aux Malaisiens Man/Tee.


A suivre ICI


Mais aussi sur le site officiel, et avec l'application à télécharger.




320 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Groupe-8.png
Groupe-5.png
Fond 3.png