Groupe-7.png

ORLEANS MASTERS - Toma en patron !

Au lendemain de sa victoire de prestige face à Kidambi, Toma Jr Popov a encore sorti le grand jeu pour écarter le 24e mondial Kunlavut Vitidsarn et s'offrir une nouvelle finale de Super 100 à Orléans. Chapeau.


C'était le match à ne pas louper cet après-midi à Orléans. Le choc d'une nouvelle génération de champions entre deux jeunes talents mondiaux. Une demi-finale au sommet entre un Français, Toma Jr Popov, le seul encore en lice à ce stade de la compétition, et une star en devenir du badminton mondial, le Thaïlandais Kunlavut Vitidsarn.

Nouvel exploit pour Toma Popov qui se qualifie pour la finale du Super 100 d'Orléans

Jamais Toma n'avait encore rencontré l'actuel 24e mondial mais pourtant, la famille Popov connaît déjà très bien le joueur de 19 ans. Christo surtout, qui s'était incliné en finale des mondiaux juniors à Kazan en 2019 face à ce même Kunlavut Vitidsarn, alors sacré pour la troisième fois. Un client sérieux donc.


Cette fois, face à lui, le grand frère, Tomi. Christo lui, est dans les tribunes derrière le micro pour commenter la demi-finale de son frangin, déjà auteur la veille d'une performance exceptionnelle face à l'ancien n°1 mondial indien, Srikanth Kidambi.


Difficile de donner le nom du vainqueur lorsque les deux prétendants à la finale pénètrent sur le terrain. Toma Popov est dans une forme olympique mais a déjà disputé sept matchs au Palais des Sports d'Orléans. En face, le Thaïlandais n'a joué que trois fois pour trois matchs expéditifs. Le capital fraicheur peut alors faire la différence, d'autant que l'Asiatique ne laisse rien transparaître. La réponse se fera sur le terrain.

Vainqueur du deuxième set, le Thaïlandais n'a pas suivi la cadence imposée par le Français en fin de match

Dès les premiers échanges, c'est le Thaïlandais qui impose son rythme, dicte les premiers points (4-0). Toma, lui, se règle, subit quelques minutes, puis lance la machine. 11-10, avantage France. Et même si la salle est vide cette semaine, restriction sanitaire oblige, nul doute que les supporters tricolores ont vibré derrière leurs écrans. Car le spectacle que nous a offert le Fosséen avait de quoi nous exalter. De retour de la pause, le 47e mondial tricolore a accéléré, a pris le contrôle du filet obligeant son opposant à davantage relever les volants. Toma a su prendre le meilleur sur son adversaire pour virer en tête à l'issue d'une première manche déjà éprouvante physiquement pour les joueurs (21-17) et mentalement pour les « viewers ».


Le physique et le mental. C'est un bon équilibre entre les deux qui a certainement permis à Toma d'y croire jusqu'au bout. En jambe en début de match, le Français a ensuite accusé le coup des efforts fournis lors du premier set. Alors place à la stratégie : « Physiquement, je commençais à être atteint, c'est pour ça qu'on (son père et lui) a pris la décision de lâcher le deuxième set », déclarera-t-il après le match au micro de la FFBad.


Un seul objectif, « se reconcentrer pour la bataille du troisième set », poursuivra-t'il. Lâcher un set pour mieux entamer le suivant. La stratégie n'est pas inconnue sur le circuit mais pas toujours payante. Toma, lui, l'a appliquée à merveille. Une fois la deuxième manche passée, 21-9 en faveur du Thaïlandais, et les batteries rechargées, le Français a fait parler son second souffle. Les points clés, ceux qui durent, les plus éprouvants. Il les a vite abandonnés dans le deuxième set mais dans le set en or, c'est là qu'il a gagné la bataille. Et avec la manière. Ce set décisif, Toma l'a survolé. Une vraie démonstration où le Français a livré une copie parfaite, sans déchets techniques et avec une variation de jeu extrêmement efficace.


Le score en témoigne, Toma s'est envolé au tableau d'affichage, et le Thaïlandais n'est plus jamais revenu dans le coup. 21-11, Tomi peut exulter, son cri a résonné dans un Palais des Sports malheureusement trop vide cette année. Peu importe, les supporters l'ont vécu à distance cet exploit et Toma les remercie. Ils sont maintenant conviés à un dernier rendez-vous, la grande finale du Super 100 orléanais ce dimanche où Toma tentera de remporter un deuxième titre World Tour, six mois après son premier sacre en Allemagne au Saarlorlux Open.



Le chiffre : 9


Depuis son arrivée chez les séniors, Toma Jr Popov a disputé neuf finales en tournois individuels. Jamais il ne s'est incliné. La 10e pour demain ?


En finale ce dimanche, Toma défiera le Danois Mads Christophersen, tombeur de Thomas Rouxel en huitième de finale et vainqueur face à son compatriote, le vétéran Hans-Kristian Vittinghus cet après-midi.


🎥 Finale à suivre en direct sur la chaîne YouTube de la FFBad et sur la page Facebook des Orléans Masters aux alentours de 13 heures !


--> Les affiches des finales : https://bit.ly/2PDWsa3


Photos : Badmintonphoto (live / Yohan Nonotte)


Groupe-8.png
Groupe-5.png
Fond 3.png