Groupe-7.png

SPAIN MASTERS - Si Senor !



Tomi Popov s'est adjugé hier le premier titre de sa carrière en Super 300. Une performance de très haute volée, alors qu'il avait dans les jambes deux fois plus de matches que son adversaire, l'Indonésien Chico Aura Dwi Wardoyo. Il finit cette compétition sur les rotules, mais très, très heureux... Et continue de rentrer dans l'histoire...


Cette finale, le tricolore l'avait savamment préparée. Massage et conseils du "padre" Toma Popov la veille au soir, mise en condition, et concentration totale pour rentrer dans ce match dont il sait qu'il est paradoxalement le favori, même si son adversaire du jour avait sorti la veille le 19ème joueur mondial. Il gardera son calme - à quelques points près lorsque l'arbitre Italien le rappelle à l'ordre car il prend trop de temps entre les points. Mais malheureusement, le Français n'a pas d'autres solutions - ses jambes sont raides, il a du mal à se déplacer latéralement, comme il l'admettra plus tard en conférence de presse : les matches de simple. ajoutés à ceux, bien énergivores disputés avec son frère et avec une médaille de bronze à la clé, se font bien sentir. Mais rien n'y parait, et il va jouer l'un de ses matches les plus solides du tournoi, voire de sa jeune carrière.


Le premier set est joué tambour battant, encore plein de fougue, avec des attaques qui fusent le long des lignes. C'est un "One Tom Show". 21-15, et le voilà plié. Le deuxième set ne va pas aller aussi facilement. Chico Aura commence à attaquer à son tour, commet moins d'erreurs, et surtout, les attaques de Tomi sont moins percutantes, et moins nombreuses. L'Indonésien mène 8-4, puis 13-10. Avant de voir la machine de retour, avec des grands coups de boutoir, tel une dernière salve avant la libération. Tomi rejoue fort et juste. Il semble imbattable aujourd'hui. A 20/17, un dernier cri de rage, les points levés, puis il s'effondre par terre, terrassé par l'émotion et les efforts. L'exploit n'est pas anodin. Après avoir briser le tabou du Super 100 en simple homme à Saarlorlux puis Orléans, le voici qui devient le premier joueur français en simple à remporter un Super 300. Comme l'avaient fait avant lui Thom Gicquel et Delphine Delrue en mixte. Une bien belle génération...


"Wow ! Je n'ai pas de mots pour décrire ce qui s'est passé cette semaine. C'est incroyable de finir la saison ainsi - ça a été très dur de jouer simple et double et remporter le dernier match est juste une délivrance. c'est là la plus belle victoire de ma carrière" expliquait t-il sur ses réseaux sociaux, avant de filer prendre l'avion dans la foulée.


Pour le reste des finales, les Indonésiens ont tout raflé, mettant à l'amende les deux paires danoises en double dame et en mixte, en plus de la victoire de la toute jeune Putri Wardani, qui a donné une véritable leçon d'efficacité à la Danoise Line Christophersen, finaliste à Orléans.


Les matches ici


Photos (live) : Raphaël Sachetat / Badmintonphoto Retrouvez sur Facebook une galerie photo des meilleures images de la finale.





545 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Groupe-8.png
Groupe-5.png
Fond 3.png