Groupe-7.png

INDONESIA FESTIVAL - Les Bleus sont dans la place...

Les tricolores sont quasiment tous arrivés à bon port, à Bali, au coeur de l'Indonésie, pour une quarantaine exotique dans un magnifique complexe, d'abord, et ensuite deux tournois prestigieux - l'Indonesia Masters Super 750 et l'Indonesia Open Super 1000 avant, pour les rares élus, les finales du World Tour dans cette même enceinte du Bali International Convention Centre. Seule la toute récente championne de France en titre Yaëlle Hoyaux a du faire demi-tour pour un problème de vaccin.


Ce fut un périple long et difficile, pour les joueurs de l'équipe de france - comme pour tous ceux qui étaient inscrits pour participer à cet "IBF " Indonesia Badminton Festival. Et tout n'est pas allé dans le meilleur des mondes, pour Yaëlle Hoyaux notamment : la toute récente championne de France en titre a du rebrousser chemin à Istanbul, rattrapée par les méandres de l'administration "covidienne" : si le schéma vaccinal est considéré comme complet en France avec la preuve d'avoir eu le Covid et un seul vaccin, il en est tout autrement en dehors des frontières de l'Europe. Et ce n'est souvent pas très clair pour les voyageurs : il faut, pour rentrer dans certains pays d'Asie, la preuve d'une double vaccination, Covid ou pas. En plus d'un test PCR de moins de 72h. Ce qu'avait la joueuse de Fos, mais avec ce schéma vaccinal incomplet aux yeux des autorités indonésiennes, elle a du rebrousser chemin...




Les autres tricolores, eux, sont arrivés (l'entraineur Baptiste Carême, lui, sans ses bagages, Toma Popov père, lui, avec la valise échangée de Yaëlle) après un voyage éprouvant de plus de 24h et des arrêts nécessaires pour les quarantaines administratives et les passages d'immigration indonésienne, qui avaient été organisés pour la communauté du badminton dans un salon VIP de l'aéroport. Mais le jeu en valait la chandelle : l'arrivée s'est faite dans un "resort" grand luxe, à Nusa Dua, l'une des stations balnéaires de l'ile paradisiaque. Pas d'accès à la plage encore, durant les 4 jours de quarantaine obligatoire, mais pour le reste, les joueurs pouvaient vaquer aux occupations habituelles des touristes en vacances dans ce genre d'endroit : jeux de carte, Water volley, piscine and co. Sans oublier, bien-sûr, les nombreux moments de préparation physique, en extérieur dans la moiteur indonésienne, ou dans le centre de fitness de l'hôtel.


Les organisateurs, comme souvent en Indonésie, avaient par ailleurs préparé un magnifique "Welcome diner", au bord de la piscine avec DJ et danseurs traditionnels, quelque peu troublé par la pluie, mais dont l'atmosphère faisait, pour la première fois depuis bien longtemps, oublier la pandémie, malgré les masques encore portés par les convives.


Léonice Huet, Marie Batomene, Thom Gicquel, Delphine Delrue, Thomas Rouxel, Christo et Tomi Popov, Ronan Labar et Lucas Corvée sont donc bien arrivés et s'apprêtent à jouer dans des tableaux très relevés, malgré l'absence des Chinois.


Tomi Popov en lumière


Toma junior Popov a été nominé pour le titre de "most promising player" par la BWF qui annoncera les vainqueurs dans quelques jours, lors des Finales du World Tour. Par ailleurs, Lucas Mazur et Faustine Noël ont également été nominés dans les catégories "best para badminton male player" et "best parabadminton female player". Tomi et son frangin, eux, pourraient bien s'offrir une troisième semaine sous les cocotiers à Bali : Toma, fort de ses deux succès à Orléans et Huelva en début d'année, caracole à la 3eme place temporaire du classement World Tour HSBC, avec 8 places à prendre dans chaque catégorie. Thomas Rouxel est quant à lui 8ème de ce même classement, mais les points donnés lors des Super 750 et Super 1000 pourraient bien voir quelques joueurs lui passer devant à la dernière minute. Tomi et son frère Christo sont eux aussi bien placés dans cette même course aux finales des World tour - un fait unique pour un double masculin. Les deux frangins préparent d'ailleurs à leurs fans une belle surprise en fin d'année...


Thom Gicquel et Delphine Delrue, eux, sont hors top 8 pour le moment, mais deux bons résultats lors de cette prochaine quinzaine pourraient changer la donne. Le Breton semble en forme et sa blessure aux adducteurs oubliée. C'est tout sourire qu'ils ont, avec Delphine Delrue et sous la bienveillance de leur préparateur physique Joran Love et de leur entraineur Baptiste Carême, continué ce matin les exercices d'échauffement pré compétition.



Les tableaux de l'Indonesia Masters


Photos (live) : Raphael Sachetat / Badmintonphoto (Archives : Yohan Nonotte aux YIFB)










1 436 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Groupe-8.png
Groupe-5.png
Fond 3.png