Confinement, oui, mais…

Alors que l’Europe se prépare peu à peu à lever la quarantaine, de nombreux pays d’Asie ont résisté à toute forme d’isolation. Les joueurs, notamment, vivent différemment le confinement selon leur culture. Tour d’horizon des différents environnements dans lesquels ces derniers évoluent depuis plusieurs semaines.

Il faut savoir faire preuve d’imagination… pour s’occuper et garder la forme ! En Europe, nombreux sont les joueurs qui sont actuellement contraints de rester chez eux, sans accès à la salle d’entrainement pendant un temps indéterminé. Le contexte est d’autant plus particulier pour les athlètes de haut-niveau. Habitués à voyager toute l’année pour participer à des tournois, ceux ci n’ont jamais passé autant de temps avec leur famille !




C’est le cas du Danois Hans-Kristian Vittinghus qui a fièrement déclaré être « un père au foyer (presque) à plein temps » sur son compte Instagram.


Certains ont en effet la chance de partager leur confinement avec leur partenaire sur les courts et dans la vie ! Se motiver à plusieurs est toujours plus facile. Lauren Smith et Marcus Ellis par exemple ont partagé leurs entrainements ensemble sur leurs réseaux respectifs. « Cela fait du bien de moins voyager que d’habitude et de passer plus de temps avec toi (Marcus) » a ironisé Lauren.


En France, Léa Palermo et Julien Maio sont également confinés ensemble et ont profité de ces temps difficiles pour partager du contenu à travers les réseaux de la fédération française de badminton, invitant très régulièrement – et avec humour – les internautes à partager des entrainements sur mesure.









Il y en a qui sont plus à l’aise avec les réseaux que d’autres ! Anders Antonsen s’est essayé aux « vlogs » (blogs vidéo). Dans l’épisode « Quarantine life », le Danois évoque de nombreux aspects de sa vie actuelle en tant qu’athlète. On peut l’apercevoir chez lui dans son appartement à Copenhague confiné avec son frère. Une session vélo en respectant les distances de sécurité avec son ami Anders Skaarup Rasmussen ou encore sa routine d’entrainement dans sa chambre à l’aide d’un équipement rudimentaire : quelques bandes élastiques, un rouleau de massage et des altères. « J’ai prévu d’autres vlogs spécial confinement mais je dois réfléchir à ce que je vais montrer parce que comme vous pouvez l’imaginer, il n’y a pas grand chose à faire. Je pourrais bien sûr me filmer sur le canapé en train de regarder Netflix toute la journée mais je doute que ce soit vraiment intéressant » explique-t-il avec humour.

Le confinement est définitivement un repos forcé. Le rythme effréné que connaissent les joueurs en temps normal est parfois difficile à tenir et le risque de blessure est omniprésent. En effet, le Danois de 22 ans avait été contraint d’abandonner après s’être foulé la cheville lors de sa demi-finale du All England. Le confinement a été une bonne chose pour lui, dans la mesure où il a pu prendre du temps pour récupérer de cette blessure. Il a d’ailleurs réagi à l’annonce de l’annulation des JO de Tokyo dans une vidéo face caméra. « D’un point de vue purement égoïste, ce report est une bonne chose pour moi car je suis certain que je vais encore progresser d’ici un an ou un an et demi. Je suis encore dans la phase ascendante de ma carrière. »



Le confinement concerne la grande majorité des joueurs. Pour autant, certains pays d’Asie ont évité l’isolement strict que connait l’Europe. C’est le cas de Taiwan, où la pandémie est maitrisée. Chou Tien Chen et Tai Tzu Ying ont notamment pu continuer à s’entrainer « presque » normalement.

Une fois de retour de Birmingham, ils ont été mis en quarantaine pendant 14 jours avec tous les membres de la délégation. C’est ici la plus grande différence avec les joueurs européens. C’est un confinement de groupe, leur permettant d’assurer un entrainement quotidien. Leurs journées sont ainsi rythmées en deux : le matin sur les courts, et l’après midi dans leurs chambres. Pour le 2e mondial, Chou Tien Chen, cette période n’est pas que négative. Elle lui permet d’avoir plus de temps pour se préparer pour les JO. « Initialement j’avais environ 3 mois, maintenant, j’ai une année de plus pour m’entrainer. Cette année est une opportunité pour passer plus de temps sur des entrainements spécifiques. L’équilibre ou encore la stabilité. »

Nombreux sont les joueurs qui ont montré leur soutien au personnel soignant. Chou Tien Chen, comme beaucoup, a été testé pour le Covid-19 et a donc pu constater la situation dans les hôpitaux. « Je me sens mal pour eux. Ils doivent porter une combinaison et se laver les mains tellement régulièrement qu’elles sont asséchées. Je me devais de les aider, c’est pour cela que je leur ai donné plusieurs crèmes pour les mains. »


D’autres ont témoigné leur soutien à travers des ventes aux enchères caritatives. C’est pour la bonne cause que l’Anglais Marcus Ellis a choisi de se séparer de son kit reçu à l’occasion du 110e anniversaire du Yonex All England. https://www.trmesports.com/collections/badminton/charity-auctions

Carolina Marin, elle, a fait un don aux hôpitaux espagnols avec plusieurs autres athlètes comme Rafael Nadal – elle a aussi fait une session en vidéo avec des soignants Barcelonais. Les Thaïlandais sont tous allés dans une fabrique de masques pour donner un coup de main, et nombre d’autres athlètes ont donné des T-shirts et raquettes pour une vente aux enchères.

Pour rappel, le Yonex All England est le dernier tournoi joué sur le circuit BWF, avant l’annulation de nombreux événements majeurs, tel que les JO de Tokyo ou encore le Super 1000 d’Indonésie. Le calendrier a été chamboulé et les joueurs devront sans doute passer près de 6 mois loin des cours, les premiers tournois à nouveau autorisés sont pour l’instant prévus pour septembre 2020, sans aucune garantie à ce jour…

PS : Si vous voulez recevoir les notifications directement lors de la publication de nos articles, il suffit de vous inscrire comme "membre de Badzine" (en haut à droite sur le menu, simple et gratuit). Vous pouvez aussi partager nos articles sur vos réseaux, les "aimer" en cliquant sur le cœur ou commenter après inscription. Merci pour votre fidélité.

© 2020 Badzine