Tournoi de sélection à la Thomas Cup – Des bonnes intentions, une erreur et des frustrations…


La semaine dernière, 10 des meilleurs joueurs français avaient été invités par la Fédération pour disputer un tournoi de qualification en vue de la sélection pour la Thomas Cup. Avec 4 places à prendre pour partir avec le collectif au Danemark, début octobre. Tournoi à la suite duquel Valentin Singer, lui aussi convié, a fait paraître une tribune sur les réseaux sociaux, expliquant sa frustration.

Valentin Singer

« Je voudrais faire un retour à froid sur le tournoi de qualification à la Thomas Cup qui s’est déroulé du 24 au 27 août à l’INSEP, car il s’est passé certaines choses qui ne sont absolument pas normales et que je souhaite porter à la connaissance des badistes français qui n’ont pas accès à ces infos. » explique-t-il, avant de reprendre, point par point, le pourquoi de sa frustration : un règlement effectivement bancal dès le départ, en deux parties, avec une première partie en deux poules classiques, et une deuxième partie où l’annonce des futurs adversaires en fonction du classement impliquait forcément des calculs de la part des joueurs – voire même, l’intérêt pour certains de perdre ou de « déjouer » afin d’avoir plus de chances de se qualifier finalement.


Mea Culpa de la cellule performance


On retrouve ici la même problématique que lors des Jeux Olympiques de 2012 où huit joueuses avaient été disqualifiées, ayant voulu jouer pour perdre, pénalisées par un règlement inadapté. Ce que la DTN, via sa Cellule Performance contactée par Badzine, a reconnu.


« "Nous avons effectivement commis l'erreur d'envisager une deuxième partie de compétition avec des sorties de poules déjà définies au lieu de faire un tirage au sort. Cette erreur nous est totalement imputable" nous répond la cellule haute performance de l’INSEP.


La cellule, composée du DTN Philippe Limouzin, de Fabrice Vallet, d’Elisa Chanteur, de Christophe Jeanjean et des deux élus Florent Chayet et David Angelats, reconnait donc les faits : « C’est notre erreur et nous avons humblement essayé de la corriger » reprend notre interlocuteur. « Les joueurs nous ayant signalé cette erreur, nous leur avons proposé d’amender le règlement pour éviter les calculs. Cette proposition a été validée par la totalité des joueurs présents (8 sur 10) qui approuvaient de garantir l’esprit sportif de la compétition en interdisant les calculs. Les modifications : nous procédions au tirage de la seconde phase après la fin des matchs et conservions l’ensemble des points acquis lors de la première phase »

Valentin Singer, lui, n’étant pas présent lors de cette concertation de dernière minute - qui semblait pourtant redonner une légitimité « sportive » à ce tournoi de qualification – n’est pas d’accord.



Une cinquième place de « compensation »


« Après discussion entre eux ils m’annoncent assumer leurs erreurs sur le système du tournoi et conserver ce changement de règle. « Assumer », cela aurait été plutôt de laisser continuer le tournoi avec les règles telles quelles étaient au début et peu importe les problèmes qu’elles amenaient. Finalement, avec bon sens, la Fédération, mise au courant, les a contraints à reprendre les règles initiales, car il n’était pas acceptable de les changer en cours de jeu… » explique Valentin.

Fait confirmé par la DTN. « Après que les matchs aient eu lieu, Valentin nous a fait part de son refus de voir le règlement être modifié, et après des échanges, les cadres techniques de la cellule ont proposé aux élus de la cellule de revenir à la formule initiale en octroyant une place supplémentaire à la sélection pour corriger l’imbroglio. Le Président et le Vice-Président ont validé ce rétropédalage, l’ont félicité mais n’ont à aucun moment exigé quoi que ce soit de la cellule »


Faute avouée, a moitié pardonnée ? Pas tout à fait, pour Valentin Singer, même si ce dernier reconnait l’intérêt de ce tournoi :


« Au final, les responsables de la cellule performance se sont excusés pour leurs erreurs, et ont rajouté une 5ème place qualificative pour les rattraper. Ils ont aussi précisé qu’au vu tous les problèmes posés par ce tournoi, la prochaine fois, ils reviendraient à une sélection faite sur décision de la cellule performance et non sur des matchs comme ici, ce qui est regrettable, car c’était une excellente initiative »


Une affirmation en revanche infirmée par la cellule haute performance, qui assure vouloir continuer ce genre d’ouvertures sur l’extérieur, comme semblent le confirmer les plans initiaux – avant que la résurgence du COVID et les restrictions imposées par l’INSEP ne viennent tout chambouler. La précipitation et les changements de dernière minute inhérents à l’environnement sanitaire à nouveau restreint ayant sans doute eu une incidence sur les problèmes d’organisation du tournoi.

Selon la DTN, il y avait à l’origine des velléités d’ouvrir la voie d’une participation à une aventure en Bleu a plus de joueurs encore que les 10 finalement retenus.

De nouvelles bases

L'équipe de France avait montré une belle motivation lors des finales de la Thomas Cup en 2018

Ce qui poussera sans doute les instances à réfléchir à des formules à la fois plus cadrées et plus limpides pour les participants. Avec un processus de sélection au mérite, avec des critères posés, définis bien à l’avance, indiscutables pour éviter les changements de dernière minute, frustrants pour toutes les parties et entraînant des dommages collatéraux.

« Ayant appris de cette première expérience pour laquelle nous sommes désolés des désagréments ressentis par certains joueurs, nous nous efforcerons de garantir une formule compétitive n’ouvrant à aucun calcul » explique la DTN.

Un « mea culpa » qui a le mérite d’entendre les questions légitimes posée par Valentin Singer – et parfois d’autres joueurs qui ont pu être confrontés à de telles frustrations par le passé, et de poser des bases nouvelles pour les prochaines sélections en équipe de France.

Avec, comme point positif, le fait que de plus en plus de joueurs sont candidats à l’élite et à représenter les couleurs de la France, avec un niveau en constante progression, notamment en simple hommes. Ce dont toute la France du badminton peut s’enorgueillir, notamment grâce aux efforts des uns et des autres, que ce soit la Fédération et ses programmes de détection, comme les clubs individuels, qui, depuis plusieurs années maintenant, continuent de proposer un vivier de joueurs toujours plus compétitifs.

D’ici là, le dernier match de barrage pour cette fameuse cinquième place entre Alex Lanier et Brice Leverdez aura lieu la semaine prochaine. Le vainqueur pourra accompagner Thomas Rouxel, Toma Popov Junior, Arnaud Merklé et Christo Popov. Une belle brochette !


Photos : Badmintonphoto

© 2020 Badzine