Groupe-7.png

Sudirman Cup 2021 - Les ténors assurent

Les championnats du monde par équipe ont commencé de 26 septembre à Vantaa, en banlieue d'Helsinki, dans le froid Finlandais. Jusque là, tout va bien pour les grosses armadas qui ont fait tourner leurs effectifs notamment contre les équipes moins bien classées.


Heirautea Curet représente Tahiti pour une première au sein de la crème du badminton mondial

Le circuit mondial reprend ses marques petit à petit. Des bus avec des joueurs et des officiels (parmi lesquels Stéphane Venet, seul tricolore sur la compétition avec deux juges de ligne, Frédérique et Grégory, et les Tahitiens, qui bénéficient d'un statut particulier) qui débarquent au petit matin dans le brouillard finlandais. Direction une salle à taille humaine - l'Energie Arena, habituelle maison pour l'Open de Finlande -, et, pour la première fois depuis belle lurette, des spectateurs invités à voir la crème du badminton mondial évoluer en direct pour ces championnats du monde par équipe mixte. Masques et restrictions sanitaires sont bien de mise : la "bulle verte" est en action, et le stade divisé en deux, mais tout ce petit monde cohabite avec un entrain bien compréhensible alors que les affaires reprennent - enfin. Mêmes certains distributeurs d'équipement ont pu installer leurs stands de vente dans les couloirs du stade.

Superbe victoire de Brian Yang pour le Canada

Coté sportif, les tous meilleurs sont là, à quelques exceptions près : Nozomi Okuhara, Chen Long, PV Sindhu, la paire championne olympique de Taiwan Lee/Wang ou Ratchanok Intanon sont restés à la maison mais pour le reste, ils sont tous à Vantaa. La compétition a commencé dimanche, avec des matchs de poule où deux équipes seulement progresseront au stade des quarts de finale. Jusque là, pas de grosse surprise, même si certains tenors ont tremblé, comme les Indonésiens, qui n'avaient pas aligné leur meilleure équipe contre le Canada, et qui se sont retrouvés menés 2/1 sur les 5 matchs (un dans chaque catégorie), avec un super match du jeune Brian Yang, vainqueur de Jonatan Christie, alors que sa toute jeune compatriote Rachel Chan marquait un autre point. Mais les doubles, plus expérimentés, ont fait la différence pour l'Indonésie - l'un des favoris - qui repart avec une victoire finale 3/2. Le match entre Anglais et Malaisiens hier a aussi tenu toutes ses promesses, avec une victoire finale des Asiatiques 3/2.

Stéphane Venet assure la présence tricolore

C'est en revanche fini pour l'Inde, qui a déjà perdu ses deux match dans le "groupe de la mort". Les coéquipiers de Srikanth Kidambi n'avait pas envoyé leur meilleure équipe à Vantaa (sans Saina Nehwal at PV Sindhu, et qui ont aligné des combinaisons improbables, faisant jouer leurs meilleurs joueurs de simple parfois en mixte...). Résultat : battus par la Thailande 4/1, puis 5/0 par la Chine, les Indiens sont éliminés de la compétition.


Les Danois, qui n'ont jamais fait mieux qu'un quart de finale sur cette compétition par équipe mixte, compte bien sur leur héros national, Viktor Axelsen, qui a retrouvé ses compatriotes pour l'occasion après avoir annoncé à grands fracas avoir quitté le Danemark pour s'entrainer à Dubai après les Jeux Olympiques. Le géant Danois a paru en bonne forme hier et permis au Danemark de bien lancer la rencontre face aux Russes, qui ont donné du fil à retordre aux champions scandinaves. en l'absence de Kim Astrup, blessé, les Danois ont tout de même battu le double phare russe Ivanov/Sozonov et remporté la rencontre 4/1


Tahiti, une entité à part

La très jeune et sympathique équipe de Tahiti aux Mondiaux par équipe mixte

Alors que la France n'avait pas envoyé d'équipe - pour une raison déjà expliquée par la Fédération - les tricolores sont néanmoins représentés par l'équipe de Tahiti, dont la Fédération est enregistrée, au même titre que plusieurs iles britanniques - au sein de la BWF comme entité propre. Leo Cucuel a donc embarqué en terre Lapone une toute jeune équipe, avec des joueurs qui découvrent le très haut niveau dans un écrin de choix. "C'est vrai que c'est une expérience fabuleuse pour ces jeunes joueurs. Ils vont s'en souvenir toute leur vie, c'est sûr" explique Léo, joueur encadrant pour cette jeune équipe, dont certains comme Chloe Segrestan ou encore Heirautea Curet, évoluent en métropole. Avec trois joueurs de 16 ans ou moins : Elias Maublanc ou Maeva Gaillard ou encore Jenica Lesourd, nos jeunes amis vont effectivement revenir avec des étoiles - et des rêves plein les yeux, en ayant rencontré les stars Coréennes, Allemandes et Taiwanaises en matchs de poule.


Pour suivre les matchs, c'est par ici



Jenica Lesourd, l'une des jeunes recrues Tahitiennes


Photos (live) : Badmintonphoto

789 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Groupe-8.png
Groupe-5.png
Fond 3.png