top of page
Groupe-7.png

RACE TO PARIS - Qui serait qualifié ?

Nous voici le 1er décembre. Il reste exactement 5 mois avant la fin de la qualification olympique. Nous nous sommes intéressés au classement spécifique de la course à la qualification "Race to Paris" - différente du classement mondial. Et... il y a des surprises et très bonnes nouvelles....



Simple hommes - Tomi et Christo dans un mouchoir de poche ! UPDATED

Le rappel des règles : chaque nation peut envoyer UN joueur en simple SAUF si les deux sont dans le top 16 mondial au 30 avril 2024 - dans ce cas, deux joueurs seraient qualifiés. Aujourd'hui, Tomi est 22eme du classement spécifique devant Christo... 23ème, à seulement... 125 points. Autant dire... rien ! Les deux frangins proposent une course complètement inédite sur le circuit mondial - cela n'était jamais arrivé dans l'histoire de la BWF que deux frères (ou soeurs) soient en concurrence directe pour une place aux Jeux. La bonne nouvelle, c'est que la qualification des deux n'est pas complètement hors de question - cela sera dur dur de rentrer dans les 16 pour les deux, mais pas impossible. Lorsque l'on voit la progression de l'un comme de l'autre et les très bons résultats qu'ils produisent depuis peu, on peut rêver - il faudra aller chercher 10 000 points en 5 mois dans l'état actuel du classement. Derrière, Arnaud Merklé fait de la résistance. Il est 39ème de la liste - entre deux joueurs qui eux, sont qualifiés, mais qui sont les meilleurs de leur pays. Il est a 12 000 points des Popov. C'est donc mal barré pour l'Alsacien, mais il reste 5 mois, et dans le sport, rien n'est impossible. Concernant Lucas Claerbout, s'il est mathématiquement encore possible de revenir de sa 83eme place, cela semble très peu probable. EN REVANCHE (mis à jour après une meilleure lecture des classements), Alex Lanier peut tout a fait refaire son retard sur les autres - il est à la 83ème place, certes, mais c'est en comptant uniquement les 5 seuls tournois qu'il a disputés depuis le début de la qualification olympique, et sans compter les 4900 points déjà assurés après son quart de finale en Inde (et plus si affinités), qui devrait l'emmener proche du top 60... A ne pas oublier, donc...

Voilà pour la France. Et ailleurs, que se passerait-il si la qualification devait s'arrêter maintenant ? Deux Danois, deux Chinois, deux Japonais, deux Indonésiens et deux Malaisiens seraient qualifiés. Parmi les absents notables, Momota (quasi cuit pour lui)... et l'Indien Kidambi. Les places sont chères... La liste de qualification temporaire ICI


Simple dame - Leonice en tête !


Si Qi Xuefei, notre championne de France est en tête au classement mondial, elle est en revanche derrière la joueuse de Chambly Léonice Huet dans le classement spécifique pour Paris 2024. Grâce à des résultats en hausse dernièrement, cette dernière a 2000 points d'avance sur la Bretonne d'adoption, qui compte cependant moins de tournois que sa "rivale" actuelle - un fait d'importance, puisque le classement se comptera sur les 10 meilleurs tournois dans la période, et Xuefei n'en a disputé que 8. Les deux prochains seront donc des points en plus direct, et non en remplacement d'autres tournois - il y a donc des chances qu'elle repasse devant. Mais la compétition s'annonce passionnante (avec les mêmes règles que pour les garçons). Les autres tricolores (Rosy Pancasari et Romane Cloteaux-Foucault) sont au delà de la 100ème place, mais peuvent encore jouer les trouble-fêtes en cas de grosses performances, car seulement 6000 points séparent Rosy, par exemple, de Xuefei.

Là encore, si cela devait s'arrêter aujourd'hui, on aurait des noms connus qui seraient hors course - Les 2 danoises Line Kjaerfeldt et Mia Blichfeldt sont au coude à coude juste en dehors du top 16 (20 et 21eme). Coté Chine, elles sont 5 dans le top 16, et cela sera à la discrétion des entraineurs de choisir lesquelles iront si ce classement devait perdurer (pas forcément les 2 mieux classées)


Double hommes - une deuxième chance pour les Popov de partir en famille ?


Si beaucoup questionnent l'intérêt - voire la pertinence - pour les deux frangins Popov de continuer à jouer en double en compétition, la réponse est sans doute dans ce classement mondial spécifique : aujourd'hui, ils sont virtuellement qualifiés pour les JO, c'est aussi simple que cela (ou double, du coup). A la 32ème place de se classement, ils seraient 13eme qualifiés, grâce à la densité en double de seulement quelques nations (et une règle encore plus drastique par nation qui n'autorise l'envoi de deux paires que si elles sont dans le top 8). Cela fait donc les affaires des Fosséens. Mais attention, car les vieux roublards que sont Ronan Labar et Lucas Corvée n'ont pas dit leur dernier mot - nos vétérans sont en embuscade, juste derrière, à la 35ème place, à seulement 1000 petits points. Pour donner une référence, 1000 points, c'est moins qu'un 1/16eme de finale d'un Super 100... mais qui doit venir en plus d'un tournoi déjà fait, puisque les deux paires ont déjà plus de 10 tournois à leur actif. Mais la course est encore complètement ouverte entre les deux duos. Avec plus de 15 000 points de retard, les 3èmes meilleurs tricolores, Eloi Adam et Léo Rossi sont désormais hors course.

Et sinon ? Heureusement pour les Indonésiens que le classement continuera d'évoluer, car à l'heure actuelle, malgré leurs 5 paires dans le top 15, ils n'en auraient qualifié qu'une seule. Sans les "daddies" Ahsan/Setiawan notamment...


Double dames - Anne et Margot dans le "cut"


Elles sont en feu depuis quelques semaines, et cela se ressent sur le classement de cette "Course pour Paris". Anne Tran et Margot Lambert sont tout simplement les meilleures européennes dans cette quête de qualification. 17èmes du classement, 10èmes qualifiées, elles devancent notamment les soeurs Stoeva, dans le dur depuis quelques mois, mais aussi les Allemandes, les Néerlandaises...et même les Danoises ! Attention, rien n'est joué et il ne faut pas se reposer sur ses plumes car 5 mois, c'est très long. Les championnats d'Europe d'avril 2024 vont être cruciaux avec beaucoup de points à prendre. Mais on peut y croire, d'autant que cette place n'est nullement le fait d'un coup de chance - les filles ont progressé de manière drastique en quelques mois. il faut continuer comme cela, pour qualifier la première paire de double dame tricolore dans l'histoire des Jeux. Derrière, Sharone Bauer et Emilie Vercelot sont trop loin pour prétendre s'engouffrer dans le cut, encore une fois assez drastique puisque seules 16 paires seront conviées en tout pour en découdre à Paris.


Double mixte - Thom et Delphine toujours là


L'équation est un peu différente pour Thom et Delphine - car, même si les autres duos rêvent de médailles - très possible - ces deux là ont déjà prouvé sur le circuit international qu'ils pouvaient même rêver d'Or. Et la qualification simple n'est pas un objectif - il faut aussi aller chercher des points pour se classer dans le top 4 et bénéficier d'un statut de tête de série, pour éviter en poule les meilleurs duos mondiaux. Aujourd'hui, leur 13ème place de ce classement (et 11èmes qualifiés) témoigne d'une baisse de forme que l'on constate depuis plusieurs mois, et qui a été expliqué par ailleurs par leurs difficultés à se stabiliser dans leur jeu, mais aussi dans leur environnement avec trop de questions autour de leur encadrement fluctuant. Delphine l'a dit sur ses réseaux - il est temps de recharger les batteries pour cette fin d'année. La bonne nouvelle, c'est qu'ils ont moins joué de tournois que la plupart de leur concurrents directs, ce qui aura un effet aussi bien en termes de fraicheur physique que de facilité à engranger des points supplémentaires qui, on le rappelle, viennent en déduction des tournois déjà joués. Il est donc plus facile de faire "mieux" lorsqu'on a joué moins de tournois. Quant aux suivants, Lucas Renoir et Téa Margueritte, ils sont hors Jeu(x) avec une différence de points trop significative, mais leur jeune âge permet d'entrevoir - avec d'autres, de belles perspectives pour Los Angeles 2028 (que Thom et Delphine pourront eux aussi viser).

Et au niveau international ? Là encore, les Chinois auront l'embarras du choix, avec 3 duos très très forts. Idem pour les Malaisiens, qui possèdent 3 paires dans le top 25 mondial, dont deux indépendantes - une seule qualifiée pour l'instant...


En conclusion, cette projection à 5 mois des Jeux fait plaisir - elle montre le niveau global des tricolores en nette augmentation par rapport aux courses qualificatives de J.O. pécédents. Pour rappel, il n'y a jamais eu de Jeux Olyumpiques où la France avait qualifié plus que 4 joueurs - deux simples, et une paire. Aujourd'hui, si on arrêtait les classements, on serait dans un scénario presque idéal avec 8 joueurs de qualifiés (dont un des Popov deux fois) - 2 simples (SH et SD) et trois paires. Attention, encore une fois car la route est longue et les 5 derniers mois vont être cruciaux pour savoir si oui - ou non - nos paires vont pouvoir se qualifier. Pour les simples, c'est déjà sûr que l'on aura un qualifié dans chaque catégorie, c'est juste le nom que l'on ignore encore. C'est en bonne voie, mais... il faut rester vigilants, et, surtout, continuer à performer sur des gros tournois. On peut même imaginer encore mieux : qu'en plus des 3 paires, on ait aussi 2 simples hommes qui viennent encore plus marquer l'histoire, si les deux frangins Popov se qualifiaient - ou Arnaud ou Alex et l'un des frères Popov s'il fait une "remontada". On suivra tout cela de très près jusqu'au 28 avril 2024, jour de fin de qualification.



1 298 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Groupe-8.png
Groupe-5.png
Fond 3.png
bottom of page