OPEN DE MALAISIE - Et à la fin, c'est Momota qui gagne...

Premier tournoi de l'année et déjà un titre pour Kento Momota. Le n°1 mondial démarre l'exercice 2020 sur les chapeaux de roues avec en ligne de mire, l'or olympique devant son public, à Tokyo cet été.



Et de 13 ! Viktor Axelsen va finir par croire que ce diable de jeune japonais lui porte la poisse... C'était en effet la 13ème fois consécutive que Kento Momota le battait, ce jour, en finale de l'Open de Malaisie.


Le grand danois n'a pas démérité - il est même allé s'offrir trois points de premier set... mais le Nippon n'est jamais meilleur que dos au mur, et finit par s'en sortir (24-22), avant de dérouler dans le second set 21-11.


Autres grands favoris, les Chinois Zheng et Huang continuent leur incroyable épopée en or en mixte, avec un énième titre, comme souvent aux dépens de leurs compatriotes Wang et Huang. En simple dame, Tai Tzu Ying rate le coche et c'est la Chinoise Chen Yufei - numéro 1 mondiale depuis sa victoire lors des BWF Finals en décembre dernier - qui une nouvelle fois s'impose sur un Super 500.


La grande surprise de cette semaine, c'est Lee Yong Dae et Kim Gi Jung, que l'on croyait finis après une saison 2019 catastrophique. Ils reviennent sur le devant de la scène et remportent leur premier Super 500 depuis leur retour d'après retraite de l'équipe nationale, en battant les « Twin Towers » chinoises Li et Liu 21-14, 21-16.


En double dame, Li et Zheng l'emportent face à leurs compatriotes Du et Li.


Photo (live) : Badmintonphoto.

© 2020 Badzine