La BWF surfe sur la scène médiatique

Mis à jour : mai 7


La Fédération Internationale (BWF) publie aujourd’hui son rapport annuel 2019 – un bilan détaillé de ses activités sur l’année dernière. Alors que les rapports annuels de fédérations sont habituellement rébarbatifs à souhait pour les non initiés, cette version en ligne, bien illustrée et dynamique offre une mine d’informations, à la fois sportives mais aussi économiques et stratégiques.


Parmi les points clés mis en avant, la tenue des Mondiaux pour joueurs valides et para-badistes en même temps à Bâle fut une première. Première également, le « MOM » (Memoradum of Understanding ») avec les "Special Olympics" (enfants et adultes ayant une déficiente intellectuelle), en plus des activités plus classiques tournées vers l’apprentissage du badminton dans les écoles du monde entier via l’excellent programme "Shuttle Time".


Il y a désormais 194 nations représentées à la BWF avec l’arrivée du Kosovo, de Djibouti et du Sénégal en 2019. La confédération européenne est la plus dense avec 54 pays membres.

"Le nouveau compte Instagram de la BWF remporte le trophée du plus grand nombre de vues potentielles (true reach) avec 149 000 par publication, tout sport confondu"

2019 fut l’une des plus belles années en terme de communication, avec le lancement d’un compte Instagram en août 2019 – et plus de 230 000 « followers », qui viennent s’ajouter aux nouveaux 300 000 abonnés Facebook, 600 000 sur la chaîne Youtube et 820 000 sur la plate-forme chinoise Weibo – des chiffres qui donnent le tournis et qui placent la BWF comme l’une des Fédérations sportives les plus actives sur les réseaux, devant des Fédérations d’autres sports pourtant plus « dominants ».


Le lancement du nouveau sport « Air Badminton » a été un succès d'audience et d’intérêt généré dans le monde entier – même s’il aura fallu plus d’un an pour que les volants soient finalement disponibles. La BWF compte bien sur ce nouveau support pour créer du lien avec les joueurs loisirs sur toute surface - dur, sable ou sur l'herbe.


Coté finances, le budget est un peu en déficit, avec près de 25,8 millions de dollars de revenus pour 28,2 millions de dépenses, avec cependant près de 3 millions de dollars de moins dépensés par rapport au budget prévisionnel. La gestion est saine, avec une « réserve » de près de 39 millions de dollars – qui sera sans doute bien utile cette année pour compenser les annulations de tournois et le manque à gagner sur les droits audiovisuels.


Côté télévision, justement, la Fédération Internationale annonce près de 21 000 heures de diffusion de badminton de par le monde en 2019, avec près de 611 millions de foyers atteints par le « HSBC World Tour», qui finissait en décembre 2019 sa seconde année d’existence. Là encore, un beau succès médiatique.


Enfin, l’instance internationale rappelle son désir d’éthique avec la prolongation de sa campagne « I am Badminton », avec des nouveaux ambassadeurs annoncés il y a quelques semaines, pour promouvoir le jeu « propre », contre le dopage et la triche.


Pour voir la totalité du Rapport annuel ⬇️

https://annualreport.bwfbadminton.com/2019/1-1

La version « video » du rapport, en condensé :


© 2020 Badzine