Eric Lissillour : « Il faut savoir assumer ses décisions et instaurer la confiance »



"Savoir instaurer la confiance, être un bon observateur et avoir un jugement objectif" pour faire un bon juge-arbitre

Eric Lissillour est le plus "haut-gradé" parmi les juges-arbitres Français à l'International en activité et l'un des rares (ils sont 6 au niveau international) ayant acquis ce tout nouveau statut de juge-arbitre "semi-professionnel". A nouveau statut, nouvelles responsabilités aussi. Même si l'âme du bénévole est encore et avant tout présent dans son aventure. Il a accepté de répondre aux questions de Badzine en exclusivité.


Badzine : Depuis quand es tu juge-arbitre International ?

Eric Lissillour : « Mon premier tournoi en tant qu’adjoint alors que je n’étais pas encore gradé était le Volant d’Or 2004. Cela restera un souvenir merveilleux et un tremplin pour ma future « carrière ». J’ai obtenu mon premier grade (Badminton Europe Accrédité) en 2007 en Islande. J’ai ensuite passé les différents échelons pour devenir BWF Certifié en 2017 dans un pays ou le badminton est roi, l’Indonésie. »

Quelle a été ta motivation pour cette fonction ?

« Ma première "motivation" était de rendre service à mon club car en tant que président à l’époque, personne d’autre ne voulait participer au premier stage organisé par ma ligue. J’ai vite découvert que le "job" correspondait bien à mon tempérament. Dès que je me suis mis à moins jouer (problèmes de dos), je suis resté au contact en me consacrant plus au juge-arbitrage. Au niveau international, chaque niveau (européen, mondial) m’a procuré une nouvelle motivation pour aller vers le haut niveau (au prix de beaucoup de travail personnel). »


Intervention au AE 2020 lors de la blessure d'Antonsen



« Il faut aimer prendre des responsabilités et savoir prendre et assumer des décisions, savoir instaurer la confiance. »




Quelles sont les qualités pour être un bon JA ? Peut-on "s’entraîner" en période de confinement ? Et comment ? « Sans prétendre avoir ces qualités, il faut aimer prendre des responsabilités et savoir prendre et assumer des décisions, savoir instaurer la confiance, être un bon observateur et avoir un jugement objectif. Rester calme et toujours à l’écoute. Etre organisé et travailleur (beaucoup de préparation pour anticiper le maximum de situations et se mettre à jour des règles et règlements). Etre diplomate et psychologue, être clair et calme en toutes circonstances et surtout savoir faire preuve de bon sens. Pour la seconde question, en période de confinement, on peut en profiter pour relire ses règlements et instructions pour mieux assimiler les dernières mises à jour. On peut aussi aménager ses documents préparatoires aux compétitions que l’on a pas toujours le temps de finaliser en temps normal. On peut enfin un peu souffler car le job est très astreignant (préparation, compétition, rapport). »


Les JA sont récompensés à chaque compétition

Tu as été l'un des 4 premiers JA "Semi-professionnels" de la BWF. Peux tu nous expliquer cette nouveauté, et en quoi cela consiste t-il ? « J'étais effectivement un des 4 premiers juges-arbitres semi professionnels. Nous sommes à présent 6 et serons bientôt 8. Ce n’est pas une profession mais un statut. Les juges-arbitres sélectionnés (en fonction de la moyenne des notes obtenues sur plusieurs tournois) ont à mon sens plus d’obligations que les autres, tout d’abord en terme de disponibilités puisque nous avons environ 6 tournois de haut niveau par an en plus de missions annexes confiées par BWF (workshop, élaborations de documents, traductions, etc.) et en terme de représentation car nos jeunes collègues juges-arbitres sont parfois en attente de conseils, de partage d’expériences : c'est le cas des "master class program" à destination des jeunes juges-arbitres BWF qui ont l’occasion d’officier avec des juges-arbitres plus chevronnés de notre groupe au moins une fois par an. »

Y a t-il une pression supplémentaire ?

« Il y a une pression supplémentaire pour ne pas décevoir et assumer notre récent statut et pour parfois assurer la liaison entre BWF et l’ensemble des juges-arbitres pour des problématiques qui s’imposent à tous (interprétation de certains règlements / instructions, …) et que nous rencontrons plus régulièrement du fait de notre plus grande présence sur le terrain (même si cette fonction est encore assez nouvelle). Cela nécessite une fois encore beaucoup de travail personnel et une communication très régulière au sein de notre groupe. »


En pleine observation avec sa collègue Jane Wheatley

« Je me sens avant tout bénévole et passionné de badminton et ne souhaite pas aujourd’hui en faire un métier. »




Un système similaire se met en place pour les arbitres ? A terme, l'ensemble des officiels seront semi pro, ou pro ?

« Un système pour les arbitres vient juste de voir le jour lors du All England (dernier grand tournoi avant confinement) avec la sélection de 7 arbitres semi-professionnels. La notion de juge-arbitres ou d'arbitres "professionnels" est semble t-il en cours de discussion au sein de BWF pour les années à venir. J'imagine que le contexte sanitaire a temporairement mis ce projet en sommeil. »

Il faut aussi savoir s'amuser sur une compétition

La professionnalisation des officiels est-il à l'ordre du jour en France selon toi ? Serait-ce une bonne chose ?

« Mieux vaudrait demander à notre fédération mais je suis convaincu qu’elle n’a pas envisagé cette option à court ni moyen terme. Je crois qu’il faut attendre les premiers retours du plus haut niveau pour l’envisager à notre niveau fédéral. Personnellement, je ne suis pas un adepte de cette professionnalisation quelque soit le niveau car je me sens avant tout bénévole et passionné de badminton et ne souhaite pas aujourd’hui en faire un métier. J’ai en particulier peur que peu de personnes soient intéressés par cette option et que les quelques volontaires ne soient pas les meilleurs officiels techniques mais les seuls officiels disponibles, ce qui nous éloignerait de l’objectif attendu de très haute performance. Je crois par ailleurs que 6 tournois de très haut niveau par an permettent d’avoir une expérience très solide en laissant le temps de préparation nécessaire pour une compétition de qualité (un tournoi de haut niveau nécessite plusieurs semaines de préparation et un rapport circonstancié d’une vingtaine de pages). Je privilégie la qualité de la préparation à la quantité des compétitions. »


As tu une anecdote ou deux a nous raconter (drôle ou cocasse) depuis que tu es JA International ?

« J’en ai pas mal mais mon droit de réserve ne me permet pas de toutes les raconter. En voici une : Lors d’un de mes tournois de l’an dernier, j’ai eu presque une anecdote quotidienne.

En civil lors des IFB 2018, lors d'une formation

1er jour, panne totale d’éclairage sur les terrains 1 & 2 durant deux longues heures. Heureusement, il s’agissait des qualifications (pas de télévision, pas trop de public) et la programmation prévoyait une pause entre les deux parties de la phase qualificative. Nous avons donc terminé à une heure très raisonnable avec seulement une grosse heure de retard sur l’heure de fin de l'échéancier initial.

2ème jour, alerte incendie tonitruante dans le stade obligeant à demander à tous (joueurs, officiels, public, …) de quitter immédiatement le gymnase. Je demandais l’interruption des matches et relevais les scores avant de quitter le navire (en cas de panne informatique à venir). Après expertise, il s’agissait de la fumée dégagée par un food truck installé à l’entrée du stade sous un détecteur de fumée. Nous avons repris la compétition une grosse demi-heure plus tard.

3ème jour, malaise d’une arbitre sur sa chaise à la fin du second set. Alerté par le juge de service, elle était évacuée par l’assistance médicale disponible sur place et je procédais à son remplacement par son juge de service pour remplacer celui-ci par le premier arbitre disponible à mes côtés dans les gradins. Heureusement, l’arbitre malade était en bien meilleure santé dès le lendemain matin.

4ème jour... »


Merci Eric d'avoir pris le temps de répondre à nos questions !


Photos : Badmintonphoto


PS : Si vous voulez recevoir les notifications directement lors de la publication de nos articles, il suffit de vous inscrire comme "membre de Badzine" (en haut à droite sur le menu, simple et gratuit). Vous pouvez aussi partager nos articles sur vos réseaux, les "aimer" en cliquant sur le cœur ou commenter après inscription. Merci pour votre fidélité.

© 2020 Badzine